Ancenis en photos et en flânerie

31 juillet 2009

DSCN5322

Posté par bfred44 à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 août 2009

Le trait d'Union

Il y a un peu plus de cinquante ans qu'à Ancenis on ne se pose plus la question de savoir si la Loire-Atlantique est ou non en Bretagne. Les deux piles du pont suspendu, construit au début des années cinquante, le précédent ayant été détruit pendant la guerre, arborent l'une le blason de la Bretagne (côté Ancenis), l'autre celui de l'Anjou, côté Liré (commune du Maine-et-Loire).

DSCN5314

DSCN5420

Posté par bfred44 à 12:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 août 2009

La Loire

La vue depuis le pont côté aval    DSCN5309

DSCN5316 Sous le pont

DSCN5318

Toujours vue du pont, mais côté amont

Posté par bfred44 à 17:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 septembre 2009

Vue sur Loire

IMG_0731

Vue de la cour du château
DSCN5377

DSCN5378

DSCN5381

Ancenis Plage

IMG_0698

Le bateau hollandais

IMG_0652

Posté par bfred44 à 11:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 septembre 2009

Couleurs de Loire

DSCN5422

DSCN5424






















IMG_0574

Posté par bfred44 à 11:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 septembre 2009

Le château

Construit à partir des années 980-985, par Aremberge, épouse du comte de Guerech, c'est une des places fortes de frontière de la Bretagne, dans le cas d'Ancenis avec le comté d'Anjou. Au XIXe, le comblement de ses douves, puis le construction du quai de la Marine, ont changé son aspect.
Plus d'infos http://www.infobretagne.com/ancenis.htm ou http://www.ancenis.fr/content.cfm?id=201

IMG_0674
Gravure représentant les deux tours
avant le comblement des douves

_________________________________________________

... et aujourd'hui      DSCN5371

IMG_0668

DSCN5370

IMG_0672

IMG_0673

La cour avec le logis Renaissance,
aujourd'hui en presque ruine


DSCN5373

DSCN5383

Perspective depuis le pont : à droite les tours du château, et tout à gauche l'hôtel de la Croix de Lorraine.
Le roi Louis XIV y séjourna en 1661, alors qu'il poursuivait le surintendant Fouquet, accusé de malversations, et qui avait quitté Paris pour se réfugier en Bretagne.

IMG_0676

Posté par bfred44 à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 septembre 2009

Joachim du Bellay

DSCN5329


Du bord de Loire à Ancenis, il contemple son " Petit Liré " natal. Joachim du Bellay y naquit à la Turmelière en 1522. Avec Ronsard, il fit partie des poètes de la Pléiade. Il mourut à Paris en 1560.
Son œuvre la plus connue est sans doute Regrets, écrit vers 1555 lors d'un voyage à Rome.

IMG_0580


Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage
Ou comme celui-là qui conquit la Toison,
Et puis est retourné plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge!

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province et beaucoup davantage?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine.

Plus mon Loire gaulois que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la douceur angevine.

IMG_0576

Regarder vers Liré, et donc tourner le dos à Ancenis lui ont valu le sobriquet peu poétique de Cuverville

IMG_0677

Posté par bfred44 à 11:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 septembre 2009

Bords de Loire

IMG_0655

Le quai de la Marine à Ancenis a été construit à la moitié du XIXe siècle. Une fois ce chantier achevé, a été construite dans les anciennes douves une superbe maison de style Directoire, la Douvelière. Ce petit bijou d'architecture est toujours une propriété privée.

DSCN5413

DSCN5415

DSCN5324

Maisons du quai de la Marine

IMG_0654

La barrière Saint-Pierre

DSCN5408


IMG_0648

Près du square de l'Eperon, cette plaque rappelle les grandes crues de la Loire.

IMG_0582

Partie de pêche

IMG_0697

Posté par bfred44 à 17:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 septembre 2009

L'église Saint-Pierre

Construite sur un éperon rocheux, l'église Saint-Pierre d'Ancenis ne manque pas d'étonner par son architecture.
Depuis la place Saint-Pierre, le premier étonnement pour le visiteur est sans doute la tour clocher qui couvre l’entrée principale.
Sur la base gallo-romaine, un narthex trapu buté de contreforts (XVe. s.) est surmonté d’un campanile (XVIe s.) avec « donjon d’horloge » (XIVe s.).
Une double porte vous introduit dans une nef médiévale avec abside (XIe et XIIe s.).
 

Curieusement, cette nef centrale est formée de murs épais découpés en arcs romans sur piliers massifs : arcades qui devaient s’ouvrir à l’origine sur des « absidioles » ou petites chapelles, détruites progressivement aux XVIe et XVIIIe s. lors de la construction des nefs latérales.

 

De chaque côté du chœur, le transept est la seule partie de l’édifice voûtée de pierre avec clés pendantes de style Plantagenet (fin du XVe s.).

En savoir plus : http://www.ancenis.fr/pop_impression3.cfm?id=207

IMG_0628 IMG_0625

Sur la façade, cette présentation de la Sainte-Famille date de 1942.


DSCN5403 IMG_0631

A la droite du porche, le blason de Mgr de Villepelet

(évêque de Nantes de 1936 à 1966).

A la gauche du porche, un autre blason est celui du pape Pie XII.

IMG_0629
 

A l'intérieur, le vitrail " Le Christ sauve Pierre " date de 1933.

Il apporte des couleurs toutes particulières à l'église.


IMG_0633 IMG_0634

Le grand orgue date de 1851, la tribune sur colonnes de marbre de 1943.


IMG_0635

Croix de mission, à l'intérieur de l'église.

IMG_0636

Posté par bfred44 à 11:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 septembre 2009

Les Halles et la mairie

Impossible de les dissocier. Les halles et la mairie ne sont qu'un bâtiment, construit dans les années 1860-1863, à l'emplacement des anciennes halles construites au XVe siècle. Cet ensemble, d'architecture Napoléon III est dominé par un beffroi.


D'un côté les halles...

DSCN5432

... De l'autre la mairie

DSCN5384

Le beffroi des halles vu de la rue de Charost

IMG_0611

L'aile droite des halles

DSCN5389

Gros plan sur le beffroi

IMG_0612

Gros plans sur la façade de la mairie
IMG_0660

IMG_0639

Posté par bfred44 à 17:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 octobre 2009

L'ancien relais de poste

Située dans l'actuelle rue du Maréchal Leclerc le relais de poste est l'une des bâtisses les plus imposantes de la vieille. Ce relais de Poste à chevaux a été créé en 1632. C'était un service public où l'on pouvait changer d'équipage de chevaux notamment pour les diligences ou le courrier. Ce service s'est arrêté en 1873 à cause de l'arrivée du chemin de fer et du mauvais état des routes. Y a pris place ensuite la gendarmerie jusque dans les années soixante-dix. Le relais de poste a ensuite été transformé en salles municipales accueillant les associations anceniennes.

IMG_0594

La cour intérieure a été aménagée en théâtre. Des spectacles y sont parfois donnés.

DSCN5399

Posté par bfred44 à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 octobre 2009

La rue des Tonneliers

Située à deux pas de la Loire, sur laquelle l'activité de transport était importante, et parmi elle celle du transport de vin, elle doit bien sûr son nom au fait que les artisans tonneliers y étaient nombreux.

DSCN5366

Vu depuis la place du Millénaire.

DSCN5402

Vue dans sa longueur. Le côté nord recèle quelques belles façades.

IMG_0587

IMG_0589


IMG_0591

IMG_0592

IMG_0593

L'une des maisons abrite la " Maison des vins ".

IMG_0584

Posté par bfred44 à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 mars 2010

La rue Barême

Qu'a t-elle de si particulier la rue Barême pour qu'on lui consacre un article a elle seule. Sans doute rien si l'on en croit les photos. Qu'elle a cependant changé depuis la fin années soixante, car la description qu'en fait Julien Gracq dans les Lettrines 2 ne manque pas d'étonner. Qu'on en juge.

IMG_0621

" A Ancenis cet après-midi, j'ai tenté de retrouver la rue, où, en 1919 et 1920, le jeudi après-midi, j'allais prendre ma leçon de piano chez les demoiselles R. Je ne sais si une susceptibilité d'enfant est capable d'enregistrer, de déceler dans une scène vécue le timbre exact que viendra réveiller plus tard la lecture d'un grand romancier - mais si cela peut être, c'est bien rue Barême, à neuf ou dix ans, que j'ai découvert Balzac. Une ruelle aux larges pavés inégaux, sans trottoirs, perpétuellement vide et, me semblait-il, perpétuellement pluvieuse - une ruelle suintante qui paraissait en marge de la vie, sans une boutique, sans un cri d'enfant, bordée de grises maisonnettes à un étage, où devaient habiter des chaisières, des prêtres retraités, des ouvrières en chambre, une ruelle du morne silence (elle a à peine changé) me conduisait à la géhenne glaciale où j'avais à passer une heure. Au cœur de l'été on y grelottait. Il y avait un salon dans cette maisonnette - minuscule, moisi, sépulcral, ses jalousies éternellement baissées sur la ruelle vide - un salon et un piano. Mademoiselle R. ouvrait à mon coup de sonnette ; de ses mitaines sortait seulement le bout de ses doigts, elle posait sans mot dire la partition sur le piano, je commençais mes gammes ; assise près de moi, toujours sans mot dire, de temps en temps elle me tapait légèrement, sèchement sur les doigts , soupirait : je recommençais, les dents serrées, les doigts raides, petit Sisyphe musical et résigné : je crois que nous n'arrivâmes jamais au bout du cahier d'exercices. L'heure finissait par s'écouler, je partais, ma poitrine se débloquait ; je n'avais pas prononcé un mot.
Les demoiselles R. ont dû vivre là, rue Barême, jusqu'à la fin, dans la pénombre et le froid glacial, le châle serré autour des épaules, n'attendant plus rien et à jamais de la vie que les maigres " rentrées " de fin de mois qui permettaient de manger - mortellement impécunieuses et solitaires, petits fantômes noirs et muets, la guimpe haute autour du cou, les lèvres serrées, peu à peu gelées vives, mais au milieu des meubles de famille, et gardant jusqu'à la fin une dernière apparence de rang : des demoiselles toujours, et vivant d'un travail de dame. Tout cela - plus proche finalement que du Balzac du Julien Green d'Adrienne Mesurat   - cet enlisement lent, cette rigidité et ce froid funèbre qui figeait peu à peu, longtemps avant la mort, un couple de vieilles filles ruinées au fond d'une ruelle de sous-préfecture, je ne comprenais sans doute que très confusément. Et pourtant, quelque chose en passait jusqu'à moi, non à travers les lèvres serrées qui ne s'ouvraient jamais, mais dans la tape sèche sur les doigts dont j'ai gardé le souvenir : ressentiment raidi, muré, glacé, contre l'injustice inexplicable, le piano, le froid, la pénombre, la ruelle mouillée, la mort venue avant la mort ... "

IMG_0620

Mais qui nous dira qui étaient les demoiselles R.
(la rue Barême part de la rue Georges-Clemenceau pour rejoindre l'église Saint-Pierre)

Posté par bfred44 à 10:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,